« Vous mourez toutes à quinze ans », écrit Diderot à Sophie Volland. Ici commencera la prophétie de Diderot, dont Simone de Beauvoir se fera parolière deux siècles plus tard pour introduire son processus de pensée liée au deuxième sexe. L’idée que l’on ne devienne pas femme, que le noyau de cette construction est bel et bien biaisé par une histoire qui se veut une histoire de civilisation, non une histoire biologique. Cimetière des petites filles où l’âme se meurt, abandonnant sa psyché originale pour s’adosser au rôle que l’histoire de la civilisation leur imposera. Cette installation s’accompagne d’une série de dessins prônant le geste, la liberté par l’exécution, questionnant la charge mentale de l’enfant en tentant de se revêtir et de se fondre dans ce corps occulté. Ces êtres sont reliés par une même unité, contrôlés et identifiés par des matricules qui leur sont propres, « siège de la sélection naturel » crevant une syntaxe se référant à « Bienvenue à Gattaca » de Andrew Niccol.