Bien au-delà de l’apparence, il s’agit d’étudier l’anthropologie du geste. Robotique, sans âme, anesthésier, le « moi » sans le « je » viens créer un tout autre langage. La phénoménologie de ces gestes répétitifs, apparaît comme des traces, des expressions, définissant la femme en tant que femme, en l’excluant en tant qu’identité individuelle et autonome. Datations, énumérations, classifications, clouer, compter, juxtaposer, démaquiller, démaquillant, cotons, cotons-tiges, fars, fond de teint, mascara, anticerne, un jour, deux jours, trois jours, quatre jours, un mois, deux mois, trois moins, quatre mois… Du bonheur à l’état pur.